N° 76 du 30 avril 2020

 

 

 

En raison de la crise sanitaire, l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne vous informe que la permanence ne pourra être assurée pour une période indéterminée.

SITE OFFICIEL DE L'ACADEMIE

http://www.academie-arts-et-sciences-carcassonne.fr/

 

 

Pays cathare - Chateau d'Arques - vidéo de Lionel Cotto

 

 

 

Film réalisé par Charles Camberoque sur la création de la fresque en gare de Carcassonne

par Jean CAMBEROQUE

 

 

Les Sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne écrivent et publient

 

Ouvrage visible à la permanence de l'Académie

 

 

 

 

André BONNERY

Historien - Docteur d'Etat

Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne

La SEHT, Association Loi 1901 fondée le 21 mai 1986 par Mr Paul PORTET  a pour objet  l'étude de toutes les questions se rapportant aux sciences historiques de la Ville de TREBES.

Le Bulletin annuel qu'elle édite depuis 1987 publie les études menées par les chercheurs locaux, sur le passé historique de Trèbes et ses environs. L 'actuel Président est monsieur André BONNERY.

Le Site de la SEHY : http://seht-trebes.pagesperso-orange.fr/accueil_287.htm

 

 

Olivier CEBE

Historien de l’art, diplômé de l’Ecole du Louvre et des Instituts d’Histoire de l’Art de Paris-Sorbonne et de Ravenne (Italie).
Fondateur, conservateur du Musée du Protestantisme en Haut-Languedoc de 1968 à 1996. Chargé de mission au Musée Goya de Castres de 1966 à 1977, et au Musée du Désert à Anduze en 1969.
Dernière conférence dans le cadre de l'Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne : Mercredi 13 juin 2018 - “L’ombre de la Montagne Noire sur la voie médiévale des Provençaux”


Son actualité : http://poliphile.fr/a-propos-dolivier-cebe/

 

 

Marie-Chantal FERRIOL

Historienne, conservateur déléguée des antiquités et objets d'art sacré du département de l'Aude

Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne

Lire...

 

 

Lucien ARIES

Sociétaire de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne

Ingénieur diplômé de  l’E.N.S.C.T. , Docteur d’Etat ès Sciences, professeur des universités il développe à l’université Paul Sabatier de Toulouse des recherches sur les matériaux notamment en relation avec l’énergie solaire, la dépollution des gaz d’échappement et la dégradation des métaux. En octobre 2003 il reçoit le titre de Professeur émérite et s’intéresse à l’activité métallurgique antique régionale. Avec la fondation de l’A.R.B.R.E. (Association de Recherches Baziègeoise –Racines et Environnement) en 1989, il se passionne pour l’histoire de son pays natal, le Lauragais.
C’est par plusieurs flashes que Lucien Ariès éclaire le passé du Lauragais et qu’il convie le lecteur à retrouver ses racines.

Lire ...

 

 

Martial ANDRIEU

Ecrivain et historien régionaliste - artiste lyrique - Biographe du compositeur français Paul Lacombe auquel il a consacré plusieurs concerts, conférences et un ouvrage de référence inédit : " Paul Lacombe le testament musical d'un grand symphoniste français"

Lire...

 

 

 

Jean François VASSAL & Valérie MICHEL

Sociétaires de l'Académie des arts et des sciences de Carcassonne. Formateurs en Lettres et en Sciences Humaines depuis 18 ans. Il a ouvert, le 02 juin 2015, à la Cité de Carcassonne, l'Institut Linguistique de Carcassonne (ILC). L'objectif étant de proposer une approche pédagogique personnalisée permettant d'allier culture et apprentissage de la langue.

 

 

La sélection du jour

Auguste ARMENGAUD

La baleine de Cap Cod

Dans un geyser soudain enluminé de givre
Sa dorsale se love au trait blanc du miroir
Que sa puissante queue agite comme un battoir
De souffle pur enfin le grand rorqual s’enivre.

Le lourd bateau l’épie d’une allure docile
Et le croise bientôt sur sa route placé
Du courant tropical à l’abysse glacé
Bleu pèlerin rieur à la peau trop sensible.

Nous qui osons t’approcher à te toucher presque
Tu te joues de nos vies avec perversité
Puis tu sondes (1) à nouveau vers cette immensité
Dans un bouillonnement d’écume gigantesque.

Doux animal secret aux amours invisibles
Que ne fuis-tu cette mer repue de coquins
Te rendant plus chétif au milieu des requins
Que mille tueurs noirs (2) des fonds imprévisibles ?

(1) Plonges, terme de baleinier

(2) Epaulards ou orques

***

Mario FERRISI

Septembre

Ma fenêtre découpe un couchant de septembre
Deux arbres échevelés secoués par l'autan
Ils marbrent un firmament de barbilles diffuses
D'une beauté cuivrée qui enchante mes yeux

Je vois sur un massif un joyau solitaire
Un croquis étonnant, un cadre sans rival
Une légende ambrée qui a perdu ses ailes
Un reflet immortel, halo de Gatimel

Avant les tournesols et les flots de la route
Un saule pleure en silence sous les rayons de plomb
Sur son front hiératique, penchent ses longs cheveux
Qui épousent en concert le ronron des roseaux

Tous ces attachements me paraissent grandioses  :
L'automne au front fiévreux charrie le crépuscule
Il trouble la langueur des oiseaux solitaires
Et toutes les chimères si chères à leurs desseins

Ma fenêtre découpe un couchant de septembre
Qui a vu plein d'étés s'évanouir comme un rêve
Elle va me raconter, me dire une autre histoire
Au son des beaux accords qu'entonnera la vigne...

 

***

Jean FOURIE

Estèlas

Per delà nuèits e jorns
Que davalan del cèl
Que dison las estèlas  ?
Per delà albas e calabruns
Relòtges del silenci  ;
Per delà monts e vals
E mai luènh que la lum
Que dison las estèlas  ?
Presonièr de sa gabia de carn
L'uèlh cèrca sens saber,
Sens saber e sebs veser
L'infinit del neient.
Que dison las estèlas
Al cercaire de vida  ?
Le crit dels òmes s'esperlonga,
Cada jorn ten son mistèri
E cada sèr sas paurs novèlas.
Que dison las estèlas
Dels lendemans sens fin  ?
La vela es alandada
E la nau s'enfiòca
Dins un lhauç d'esperansa.

Traduction

Etoiles

Au-delà des nuits et des jour
Qui descendent du ciel
Que nous disent les étoiles  ?
Au-delà des aubes et des crépuscules
Horloges du silence,
Au-delà des monts et des vallées
Et bien plus loin que la lumière
Que nous disent les étoiles  ?
Prisonier de sa cage de chair
L'oeil cherche sans savoir,
Sens savoir et sans voir
L'infini du néant.
Que disent les étoiles
A celui qui cherche sa vie  ?
Le cri des hommes se prolonge.
Chaque jour à son mystère
Et chaque soir ses peurs nouvelles.
Que nous disent les étoiles
Des lendemains sans fin  ?
La voile est déployée
Et la nef prend feu
Dans un éclair d'espérance.

***

Evelyne GENIQUE

Voile de brume

Le brouillard dépose des perles sur les branches.
Les tiges s'élèvent, toutes gelées.
Des fantômes givrés s'amusent.

Les herbes continuent de grelotter.
Des milliers de diamants brillent en avalanches.
Les sapins frissonnent, tout en finesse, dans le silence.

La bise, qui s'agite en arabesques folles,
Pique comme un démon,
Et mon corps tremble de ses frissons.
Rêve intense, chante la blanche nature,
Aux arbres parés de grandes chevelures immaculées.

J'écoute pleurer le vent, qui de ses assauts m'enivre;
Invisible dans le ciel, personne ne peut le consoler.
Il chasse le brouillard enveloppant du matin,
Qui a mis son écharpe autour de la colline.

L'automne s'aventure doucement,
Tel un couturier créateur de beautés en couleurs,
Suscitant à l'infini des sensations sublimes.

Comme un orchestre philharmonique,
Il joue une symphonie blanche,
Et le silence des notes sans couleur s'épanche.
Mon cœur est rempli d'étoiles qui flamboient,
Mes yeux sans arrêt sur le qui-vive brillent d'émois.

***

Claude SUBREVILLE

Le banc de pierre

Sur le grand banc de pierre ,
A l'ombre du platane ,
Les hommes assis sont fiers...
D'histoires , ils se pavanent. .. !

Ils passent là , leur temps..
Tous ,plus ou moins coiffés
De casquette ou béret..
Ce , depuis le printemps

Quand passe une « NATURE ››..
D'un plus jeune âge qu'eux ,
Leur regard se sature...
Ils n'ont plus que leurs yeux.. !

Ah , si on était plus jeune...
Pensent-ils , très souvent... !
Que de choses ,quand même..
On ferait autrement I

Un jour , c'est le silence ,
On parle à demi mot..
L'un d'eu× est en partance..
Pour aller ...tout la-haut. ._ !

Ils évoquent cet « ETRE ›› ..
Qui vient de les quitter..
Que d'é1oges peut-être..
Qu'il n'a pas mérités. ..

Sur le grand banc de pierre
L'ombre a disparu..
C'est un peu la misère..
L'hiver est revenu ..............

***

 

 

 

 

PATRIMOINES - VALLEES DES CABARDES

LES CAHIERS

En savoir plus...

 

 

L'ouvrage est visible à la permanence de l'Académie

 

 

 

 

 

Réalisation : mario.ferrisi@gmail.com